DEBAT – Esquisse d’explications autour de quelques incompris en Islam

Quran-Book

*Débat lancé par Adeel Shah

Ô vous qui croyez ! Ne prenez pas des Juifs et des Chrétiens pour amis. Ils sont les amis les uns des autres. Et celui d’entre vous qui est leur ami est en réalité des leurs. En vérité, Allah ne guide pas les injustes. »[1].

 

L’amitié entre un Juif ou un Chrétien et un musulman est-elle définitivement perdue ?

Le verset susmentionné a suscité de multiples antagonismes et a été la source d’un combat sans merci contre la véracité de l’Islam. Il a été utilisé afin de faire une lecture biaisée de la foi et de ses somptueux enseignements et a ainsi laisser transparaître d’innombrables doutes au sein de ceux qui cherchent éperdument la paix. La plus grande manipulation réalisée eut été de référencer ce verset avec d’autres afin d’induire celui qui cherche réellement à comprendre en erreur ; une telle présentation ne permet pas de comprendre le véritable sens de ce verset.

Il est vrai que Coran – référencé, sous le terme, plus proche de l’arabe, de Qur’an ci-après – contient des directives générales mais, dans le même temps, plusieurs injonctions ont été faites au Prophète de l’Islam pour son époque bien particulière. Il est primordial de comprendre le contexte et l’histoire d’un verset coranique avant de le lire et de lui en attribuer un sens que nous jugeons pertinent.

Depuis quelques temps, on voit apparaître une forme de mythe – qui est en réalité une simple désillusion – visant à soutenir que le Qur’an prêche clairement de garder nos distances et de ne pas se lier d’amitié avec une personne de confession Juive ou Chrétienne ; cette assertion serait fondée sur plusieurs chapitre du Qur’an. Si nous analysons spécifiquement le verset susmentionné, on remarque que ce verset a été rédigé pendant la vie du Prophète de l’Islam à une époque où les Juifs et les Chrétiens avaient entamé une guerre sans précédent contre les Musulmans. En ayant cet historique à l’esprit, on comprend, qu’au regard de la condition de l’époque et des besoins qu’ils avaient, la nécessité et la teneur de ce verset qui a été révélé au Prophète de l’Islam.

Isoler ce verset et le prendre à part pour l’exciper comme argument indéniable conduit nécessairement à une grande confusion. Par ailleurs, le verset qui suit explique ce pour quoi le Prophète de l’Islam a été invité à garder ses distances des Juifs et des Chrétiens. En effet, il est rapporté dans le Qur’an (en réalité, ils se moquaient des Musulmans) :

« Ô vous qui croyez ! Ne prenez pas pour amis ceux qui se moquent de votre religion, parmi ceux qui ont reçu le Livre avant vous et les non croyants. Et craignez Allah, si vous êtes des croyants »[2].

De façon tout à fait intrigante, plusieurs sujets ont été évoqués dans les derniers chapitre du Qur’an dans le but d’éloigner les mésinterprétations et de clarifier certains autres versets. Dieu dit en effet :

« Ce n’est qu’Allah qui peut faire naître de l’amour entre vous et auprès de ceux qui sont contre vous [i. e. les ennemis] ; et Allah est Tout-Puissant ; Il est le Très Pardonnant, le Miséricordieux »[3].

L’Islam n’a jamais commandé de répandre le désordre. Le Prophète de l’Islam a inlassablement mis l’accent sur l’amour et la fraternité, et il a personnellement aidé ceux qui lui étaient opposés et ceux qui le persécutaient. S’il souhaitait que les Musulmans s’opposent et haïssent les autres, se pose la question de savoir ce pour quoi il aurait personnellement enjoint la fraternité et la compréhension mutuelle. Son caractère était plein de grâce, de distinction et d’amour parce que Dieu lui avait commandé de vivre ainsi. Il est un modèle pour les musulmans et aucun musulman n’a pensé qu’il convenait d’exclure les personnes de confession Juive ou de confession Chrétienne de leur amitié (cela étant seulement lié à leur religiosité).

Les Musulmans, au contraire, ont été éduqués à pratiquer la tendresse et la générosité envers les autres sans distinction de croyance ou non croyance et sans distinction de religion ou de non religion. Les guerres étaient permises jadis ; encore fallait-il expérimenter les conditions de la guerre (légitime défense) consistant dans l’attitude brutale et agressive – que certaines  tribus avaient adopté – afin de persécuter les Musulmans seulement sur la base de leur foi. Sans revenir sur les comportements brutaux auxquels ont dû faire face les Musulmans, l’Islam a toujours appelé les Musulmans de respecter les autres afin qu’ils puissent être unis devant un Dieu : Allah.

 

L’Homme est-il réellement libre en Islam ?

 9a66faaf3cb05782e84cda16ee38b6b4

L’Homme est libre d’accepter ou de rejeter les croyances de son choix. Dieu affirme en effet dans le Qur’an :

Il n’y a pas de contrainte en religion[4].

Le Qur’an a toujours commandé l’Homme de promouvoir la paix sur terre et de suivre le chemin de ceux qui tendent vers la paix. Il n’a jamais commandé ou ne serait-ce invité à créer une situation qui contribuerait à créer une société non civilisée ou de favoriser des circonstances lourdes de conséquences. Pourtant, certains commentateurs du Qur’an et certaines personnes fermement opposées à l’Islam cherchent le ticket gagnant permettant de critiquer ouvertement l’Islam et ses enseignements en lui apposant des étiquettes que j’appelle tombées dans le domaine public telle que celles du Djihâd et celle du meurtre ouvert des suivants d’autres croyances. Ils ne parviennent pas à comprendre la véritable signification de l’islam et ne font que se cacher derrière de fausses représentations telles que :

« L’Islam promeut le Djihâd sanglant, par l’épée, et tous les idolâtres doivent être tués ».

De plus, comme je l’ai précisé en première partie de ce débat, les critiques de l’Islam s’amusent également à mettre en avant des théories ubuesques telles que le Qur’an enjoindrait aux Musulmans de ne pas être amis avec des Juifs ou des Chrétiens lesquels sont les amis les uns des autres. J’ai d’ores et déjà répondu, brièvement, à ces allégations dans la première partie de ce débat. Le verset, surabondamment utilisé, afin de dénigrer l’Islam est le suivant :

« Et lorsque les mois interdits sont passés, tuez les idolâtre là où ils se trouvent et emprisonnez-les, et encerclez-les et guettez-les dans toutes les embuscades. Mais s’ils se repentent, observent la prière et paient la Zaka’ât, alors laissez-leur la voie libre. En effet, Allah est Très Pardonnant, Miséricordieux ».

Maintenant, pour ceux qui ne souhaitent pas réellement comprendre le véritable Islam, ce à quoi il renvoie réellement, ce verset va simplement les conforter dans leur croyance contre cette religion et ils ne seront pas à même de comprendre la portée concrète de ce verset. L’Islam, à travers le Livre de Dieu, a affirmé qu’il n’y a pas de contrainte en religion mais également qu’aucun verset du Qur’an ne peut se contredire ; se pose alors cette question essentielle et centrale : pourquoi les lecteurs du Qur’an sont-ils dans un tel état de confusion ?

Ce verset, tiré du Chapitre 9 verset 5 du Qur’an, est souvent utilisé comme un moyen de prouver que l’Islam autorise ouvertement le meurtre de Non Musulmans. Encore une fois, ce qui n’a pas été compris ou ce qui n’arrive pas à être compris est l’histoire et le contexte qui sont déterminants afin de comprendre le verset en question. Lorsque le Prophète de l’Islam a commencé à prêcher l’unité de Dieu, il a été lourdement persécuté pendant 15 années dans des conditions similaires – et parfois bien plus sévères – que les Prophètes précédents. Les Musulmans ont ainsi été invités à quitter la ville où les persécutions avaient lieu plutôt que de créer le désordre ; il leur a été enjoint de rejoindre une ville plus sûre où ils pourraient vivre leur foi librement. C’est alors que le Prophète de l’Islam émigra vers Médine avec ses suivants. Même après cette émigration vers Médine, les opposants à l’Islam ne s’étaient pas arrêtés ; ils ont lancé une guerre de neuf années contre le Prophète de l’Islam et ses suivants ; c’est à cet instant précis que la Sourate « Tauba » a été révélée. Dieu dit :

« Battez-vous contre eux afin que Dieu les punisse par le truchement de vos mains et qu’Il les disgracie et qu’Il vous donne la victoire sur eux et qu’Il guérisse les poitrines des croyants ».

Les conditions imposées au Prophète de l’Islam étaient si inhumaines que les mots me manquent pour les décrire. Le Qur’an a en réalité repris ces termes afin que les lecteurs puissent être à même de comprendre la souffrance à laquelle faisait face le Prophète de l’islam et la guerre en défense a été permise contre les tribus qui ont persisté dans l’hostilité et ont perpétué des souffrances sans précédent pour l’Islam et ses suivants. Au total, cinq tribus ont été référencées et trois d’entre elles avaient conclu un traité avec le Prophète de l’Islam qu’elles n’ont pas su tenir. Il doit également être noté que ces tribus se sont vues attribuer un délai de 4 mois afin de reconsidérer leur attaque et leur plan. Malheureusement, même 4 mois après, les ennemis de l’Islam n’ont pas changé d’avis et ont maintenu les persécutions et ont créé des tourments pour les Musulmans. C’est à cet instant-là que le Prophète de l’Islam a commandé de se défendre afin de rencontrer les opposants consistant à défendre la religion de l’Islam, leur liberté de religion.

Pour autant, le Qur’an soutient également que si ennemi se repent et sollicite des excuses, il revient alors sous la protection du traité conclu et il devenait obligatoire pour les Musulmans de le pardonner. Il est dommage de constater que, dans les deux cas présentés, ceux qui arborent fièrement ces versets afin de les critiquer n’en comprennent ni le sens ni la portée.  Quelques lignes au-dessus, il est fait mention du titre du chapitre dans lequel ce verset intervient ; pour rappel, il s’agit de At-Taubah, lequel signifie le pardon ou la recherche de la repentance. Le Qur’an a toujours cherché à développer la paix et créer un climat serein et d’ordre sur la terre et aucune autre religion, exceptée l’Islam, donne la faculté à l’Homme de vivre selon ses envis et, dans le même temps, créer une relation vivante avec Dieu.

*Ce débat a été rédigé par Adeel Shah. Adeel est un missionnaire en formation dans l’école londonienne reconnue nationalement pour la formation des missionnaires musulmans ahmadis, la « Jamia ». Il est en deuxième année. Avant de rejoindre la Jamia, il a obtenu son GCSE’s ; il y a étudié des matières générales comme la philosophie, les sciences ou encore l’économie. Il se défini comme un « étudiant du Prophète de l’Islam ». Vous pouvez suivre ses publications sur Twitter (@AdiAahmad) ou sur son blog (en anglais) : http://shahadeel.wordpress.com/

Pour citer le débat :

Adeel Shah, « Esquisse d’explications autour de quelques incompris en Islam », in : www.cultures-et-croyances.com, Rubrique Opinions – Débats, Novembre 2013.



[1] Saint Qur’an, Chapitre 5.

[2] Saint Qur’an, chapitre 5.

[3] Saint Qur’an, chapitre 60.

[4] Saint Qur’an, chapitre 2, verset 257.

2 Responses to DEBAT – Esquisse d’explications autour de quelques incompris en Islam

  1. Pingback: DEBAT - Le Bouddhisme, philosophie ou religion ? | Cultures & Croyances

  2. Manseri Latifa 5 novembre 2013 at 17 h 16 min

    A mon avis ce verset est valable dans des conditions spécifiques où les juifs et les chrétiens s’unissent contre les musulmans, au début de l’Islam comme aujourd’hui. alors Dieu recommande aux musulmans de s’unir et se défendre contre une coalition qui ne leur veut guère de bien même si elle prétend le contraire. Or certains pays arabes ne suivent pas malheureusement
    Le Coran a pour vocation de délivrer un message intemporel universel et éternel

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sites Partenaires

Ordre Monastique Vaisnava
UNICEF France, Association Humanitaire pour la survie des enfants dans le monde
The Ahmadiyya Muslim Community International
Le MENA Post
Coexister - Mouvement Interreligieux des Jeunes
Conseil Représentatif des Sikhs de France
Financial Afrik - Toute la finance africaine
Site l'Economiste - Tous les décryptages sur l'économie
Archer 58 Research - Think-Thank en économie et sciences sociales
Observatoire de la Laïcité - Institution rattachée au Premier Ministre
Ordre Monastique Vaisnava
UNICEF France, Association Humanitaire pour la survie des enfants dans le monde

Abonnez-vous!

Recevez nos dernières nouvelles directement dans votre boîte de réception. Vous recevrez un email d'activation !