ETUDE – Bollywood, culture indienne et l’essor des viols en Inde

B4BB375F1FFA8386D4B0BE5BC6580

*Etude rédigée par Mahrukh Arif

“En tant que réalisateur, je dois aussi entreprendre une réflexion pour savoir si le secteur auquel j’appartiens pourrait être partiellement coupable de propager ce genre de mentalité. Et je dois avouer, malheureusement, que la réponse est oui.”

confie tristement le cinéaste Farhan Akhtar dans le magazine India Today quelques jours après avoir appris la nouvelle du viol collectif de la jeune Jyoti Singh dans un bus de Delhi

Si la question a largement été débattue, il n’en demeure pas moins que le taux de viols en Inde ne cesse d’augmenter. Selon les statistiques, une femme est violée chaque deux heures en Inde. Le cas de Jyoti Singh – jeune femme de 23 ans inhumainement violée dans un bus par un groupe de quatre hommes (Delhi Gang Rape) -, relayé par la presse internationale, a donné lieu à de nombreuses manifestations et encouragé plusieurs femmes à élever leurs voix pour dénoncer ces actes barbares et d’un autre temps.

La question majeure que se pose aujourd’hui le peuple indien est de savoir si le cinéma indien – l’industrie Bollywood – ne serait-il pas le responsable de cette hausse des viols. Si plusieurs acteurs renommés du cinéma indien ont fait part de leur tristesse, honte et consternation à l’égard de cet incident, force est de constater que même plusieurs mois après cette affaire, rien ne sembler s’arranger.

Cinéma, Sexualité et Culture Indienne

Le cinéma correspond, pour le peuple indien, à une religion dans laquelle ils sont sensés y apercevoir le reflet de leur propre culture, valeur et tradition. Cependant, depuis plusieurs années, un phénomène de modernisation touche le cinéma indien qui tend à copier la culture occidentale, reflétée par la célèbre industrie du cinéma d’Hollywood. En effet, plusieurs facteurs, lesquels auraient été inimaginables il y a quelques années de cela, prennent aujourd’hui des proportions considérables à défaut de parler de pratiques constantes ; les films mettent plus ouvertement et librement des scènes d’intimité ou de sexe qui sont clairement incompatibles avec la culture indienne, ab initio, ou, dirait-on plus trivialement, « de base ». Cet antagonisme tend à créer une augmentation considérable de la frustration sexuelle au sein de la population indienne. C’est d’ailleurs le constat que va amèrement dresser Shahrukh Khan – l’acteur le plus célèbre du cinéma indien, considéré comme un « demi dieu » en Inde – sur Twitter :

Le viol est la façon dont se manifeste la sexualité dans notre culture, et la société l’a défini ainsi”.

Or, bien que l’essor des viols en Inde est aujourd’hui analysé de plus près par les différents intellectuels de l’Inde, le phénomène ne peut pas être qualifié de récent. Les scènes de viols font depuis très longtemps l’objet d’une admiration des audiences indiennes et sont parties intégrantes du paysage cinématographique indien. Ces scènes étaient auparavant acclamées, affirme Nazir Hossein, propriétaire d’un cinéma à Bombay. Il explique que le « méchant » devait violer une femme ou qui jouait un rôle dans le film car cela constituait un « phénomène de mode ». Certains acteurs, à l’image de Shakti Kapoor, sont d’ailleurs renommés pour leurs « rape scenes » qui faisaient parti des ingrédients assurant le succès pimenté d’un film.

D’autres stéréotypes, qui se retrouvent encore dans les films indiens tels que  » lorsque une femme réponds aux regards intéressés d’un homme par un sourire, cela signifie qu’elle est dans sa poche  » – d’ailleurs, le titre du prochain film de Karan Johar, un des plus grand producteur de film indien, est d’ailleurs « Hassee toh Phasee » ce qui signifie « Si elle sourit elle est dans ta poche » – ou « lorsque qu’une femme dit non, en réalité cela signifie oui », contribuent à encourager le recours à la force en matière d’amour plutôt qu’au recueil du consentement.

 

Essor des Item-Songs

Selon plusieurs producteurs indiens, les scènes de sexe et les « item-songs » – chansons aux paroles extremement vulgaires mettant en scène des femmes dénudées jouant le plus souvent le rôle de prostituée incitant l’acteur principal du film au sexe – sont deux facteurs qui suscitent aujourd’hui la majorité des audiences.

Certaines actrices pensent même qu’il s’agit d’un moyen leur permettant d’augmenter leur côte de popularité et se faire une place plus importante dans l’industrie ; ainsi que l’affirment les actrices Neha Dhupia et Prachi Desai « les ‘item-songs’ boost la carrière ».

L’exemple de l’actrice qui fait actuellement la une des magasines « people » indien, Sunny Leone – actrice pornographique canadienne d’origine indienne – est assez révélateur. Peu de temps après la sortie de son film « Jism 2 », contenant des scènes très excplicites et qui a, par ailleurs, fait l’objet d’une censure dans plusieurs pays, elle apparaissait déjà dans le top five des actrices populaires.

kareena_43Les constats identiques à celui dressés par les actrices Neha Dhupia et Prachi Desai ne sont donc pas totalement faux car ces chansons sont les plus appréciées et commentées sur les réseaux sociaux. Elles renvoient une image réductrice de la femme laquelle est assimilée à un objet sans considération. C’est cette image qui affecte en grande partie la population indienne. Ainsi que l’affirme Shabana Azmi – actrice et militante sociale renommée – sur Twitter, réagissant au viol de Jyoti Singh, :

“Paroles vulgaires, plans voyeuristes, images fragmentées de poitrines qui se soulèvent, nombrils qui s’agitent et nombreux déhanchés : tout cela dénie leur autonomie aux femmes… Il est beaucoup plus facile d’émettre des reproches que de réfléchir ou de partager les torts. Tous les segments de la société, dont le cinéma, doivent évaluer leur part de responsabilité.” 

Image de la femme 

_64888250_64888248Le cinéma indien ne produit cependant pas que ce type de clichés. Beaucoup de producteurs tendent à montrer une autre image de la femme ; plus moderne, plus forte en la détachant de la sempiternelle figure de la femme épris de volonté sacrificielle ou de la dépendance complète à l’homme. Pourtant, il semble que l’Inde ne soit pas prête à ce type de modernisation non plus. Pour la plupart, c’est cette image de la femme « libre et indépendante » qui a contribué à l’essor des viols. Bien que plusieurs actrices aient lutté contre cette idée lors les débats concernant le viol collectif de Jyoti Singh à Delhi en affirmant qu’il serait injuste d’interdire aux femmes de « sortir dehors tard la nuit » ou de suivre un certain code vestimentaire adapté à la société indienne mais qu’il fallait plutôt apprendre aux hommes le respect des femmes.

 Aussi, le cinéma n’a-t-il pas été le seul à être pointé du doigt après l’affaire du Delhi Gang Rape. Plusieurs chanteurs de rap indiens ont également été accusés de propager des images vulgaires à l’égard des femmes dont le très populaire Yo Yo Honey Singh. Les paroles vulgaires, montrant une image des femmes qui confine à un objet, utilisées à plusieurs reprises ont attiré plus d’une fois le mépris des femmes à l’égard de ce chanteur pourtant fortement apprécié par la population indienne.

La hausse des viols en Inde ne viendrait donc pas seulement du cinéma mais de certains stéréotypes et certains schémas établis et véhiculés qui constituent et contribuent à la formation de la « culture indienne ». Cette vision tend cependant à changer. De plus en plus de femmes n’hésitent pas à élever la voix à la moindre injustice constaté.

 

Post Delhi Gang Rape 

Si le triste incident du viol collectif de Jyoti Singh amène progressivement au changement concernant la conception de la femme dans la société, le cinéma n’en semble que partiellement affecté. Un des exemples les plus flagrants vient du tout récent film Yeh Jawaani Hai Deewani produit par Karan Johar dans lequel une chanson incite à « flirter » et courir derrière une femme jusqu’à qu’elle accepte. La bande annonce de la chanson annonce « STEP UP AND FLIRT« . Voici la traduction de quelques paroles qui font étonnament écho à l’incident du Delhi Gang Rape.

 » Homme : C’est pour toi que j’ai grillé tous les feux ; après avoir quitté ma copine de Delhi (…) 

Femme : Regardez comme celui-là est devenu complètement malpoli en amour ; Il s’est épris de moi sans raison ; J’ai refusé plusieurs fois, mais il s’obtine toujours à me faire accepter 

Homme : Ma passion pour toi ne fait qu’augmenter « 

De premier abord, tous ces détails paraissent anodins ; il est toutefois important de garder à l’esprit que le producteur de ce film est un des plus renommé d’Inde et les acteurs qui y figurent sont les plus prisés. Il ne fait donc aucun doute que l’audimat des jeunes trouve une large inspiration dans ce genre de chansons auxquelles ils ne tardent pas à s’identifier. Sans oublier que c’est ce même producteur qui avait fait part de son indignation après l’incident :

 » Dégoûté et ravagé par le tragique incident du Delhi Gang Rape… une punition sévère et immédiate doit avoir lieu !! C’est honteux … » partage t-il sur Twitter.

Si ces incidents ne cessent d’augmenter même après une large médiatisation du Delhi Gang Rape, il est important que chaque sphère de la société indienne s’interroge aujourd’hui si elle ne contribue pas, indirectement ou involontairement, à ce triste phénomène.

* Mahrukh Arif est étudiante en Khâgne spécialité Anglais. Elle prépare les concours aux écoles supérieures dont, notamment, l’ENS et Sciences politiques. Elle est la secrétaire générale de Cultures & Croyances.

Pour citer l’étude :

Mahrukh Arif, « Bollywood, cultures indiennes et l’essor des viols en Inde », in : www.cultures-et-croyances.com, Rubrique : Société – Thèmes d’actualité, juin 2013.

Sources bibliographiques :

1°) Courrier International, http://www.courrierinternational.com/article/2013/05/23/bollywood-a-t-il-une-responsabilite-dans-les-viols-en-inde

2°) Times of India, http://articles.timesofindia.indiatimes.com/2012-11-24/news-interviews/35318176_1_jimmy-shergill-film-karan-johar

3°) English Global Gujrat, http://english.globalgujaratnews.com/article/item-numbers-boost-career-prachi-desai/

4°) Times of India, http://articles.economictimes.indiatimes.com/2013-01-01/news/36094028_1_rapper-honey-singh-singh-raps-delhi-gangrape

5°) DNA India, http://www.dnaindia.com/india/1780115/report-women-activists-protest-against-delhi-gang-rape-near-rashtrapati-bhavan
6°) Pour voir le clip de la chanson : http://www.youtube.com/watch?v=-ASKgzrmDtc

10 Responses to ETUDE – Bollywood, culture indienne et l’essor des viols en Inde

  1. Pingback: COMPTE-RENDU – « La malédiction de naître fille » | Cultures & Croyances

  2. Pingback: Un nouveau scandal de viol touche l'Inde | Cultures & Croyances

  3. siaga happi marco polo 4 juillet 2013 at 15 h 26 min

    Ne maitrisant pas la culture indienne,mais au regard de l’actualité quotidienne,il s’avere que ce pays a été pendant longtemps dominé par ses traditions et coutumes imposant de facon radicale ses principes dans la société en générale.Avec l’éffet de la mondialisation et de la dominance capitaliste depuis la chute du mur de belin,la société indienne et de nombreux pays ont d’une manière ou d’une autre été influencé.
    le cas de bollywood et de ses éffets en est un exemple capital.Avant les femmes ne montraient pas leur visage,portaient des vêtements décents et étaient soumises aux preceptes religieux et culturels d’alors.Bollywood a changé le comportement des jeunes filles et femmes qui imitent la culture occidentale et favorise à cet effet les cas de viols.c’est le comportement des femmes qu’il faut revoir à travers des campagnes de moralisation et d’ethique

    Répondre
  4. siaga happi marco polo 4 juillet 2013 at 15 h 23 min

    Ne maitrisant pas la culture indienne,mais au regard de l’actualité quotidienne,il s’avere que ce pays a été pendant longtemps dominé par ses traditions et coutumes imposant de facon radicale ses principes dans la société en générale.Avec l’éffet de la mondialisation et de la dominance capitaliste depuis la chute du mur de belin,la société indienne et de nombreux pays ont d’une manière ou d’une autre été influencé.
    le cas de bollywood et de ses éffets en est un exemple capital.Avant les femmes ne montraient pas leur visage,portaient des vêtements décents et étaient soumises aux preceptes religieux et culturels d’alors.Bollywood a changé le comportement des jeunes filles et femmes qui imitent la culture occidentale et favorise à cet effet les cas de viols.c’est le comportement des femmes qu’il faut revoir à travers des campagnes de moralisation et d’ethique;

    Répondre
  5. Meriem 23 juin 2013 at 1 h 05 min

    Consternée, il serait temps que les mentalités changent.
    Article très intéressant.

    Répondre
  6. Salomé 22 juin 2013 at 19 h 17 min

    Vraiment très intéressant et instructif. Bravo pour cet article !

    Répondre
  7. Mahrukh Arif 22 juin 2013 at 12 h 42 min

    Thank you all for your comments.

    Répondre
  8. Pingback: “Bollywood, Indian culture and the rise of rape in India” by Mahrukh Arif | The Muslim Times

  9. dvbt 21 juin 2013 at 2 h 15 min

    Hello. impressive job. I did not anticipate this. This is a impressive story. Thanks!

    Répondre
  10. Mars 20 juin 2013 at 22 h 37 min

    Beau travail . Comme quoi certaines cultures ne peuvent se mélanger à d’autre sous peine de faire face à de lourdes conséquences …

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sites Partenaires

Observatoire de la Laïcité - Institution rattachée au Premier Ministre
Financial Afrik - Toute la finance africaine
Site l'Economiste - Tous les décryptages sur l'économie
Ordre Monastique Vaisnava
Conseil Représentatif des Sikhs de France
UNICEF France, Association Humanitaire pour la survie des enfants dans le monde
Coexister - Mouvement Interreligieux des Jeunes
Le MENA Post
Archer 58 Research - Think-Thank en économie et sciences sociales
The Ahmadiyya Muslim Community International
Observatoire de la Laïcité - Institution rattachée au Premier Ministre
Financial Afrik - Toute la finance africaine

Abonnez-vous!

Recevez nos dernières nouvelles directement dans votre boîte de réception. Vous recevrez un email d'activation !