ETUDE – La philosophie de l’amour absolu dans les Védas

Toutes les photographies reproduites ci-dessous nous ont été attribuées par la Congrégation de l’ordre monastique vaisnava

*Cette étude a été rédigée par Yasoda Dulal Das

Bien que je sois si petit, et qu’il s’agisse d’une très vaste entreprise, je vais essayer de vous expliquer en quelques mots l’essence de la sagesse millénaire de l’Inde contenue dans les Védas, qui sont les anciens textes sacrés de cette civilisation multi millénaire… Et, plus particulièrement, l’explication véhiculée par la lignée Gaudiya Vaisnava qui est l’une des quatre filiations spirituelles authentiques, autorisées à véhiculer ce savoir dans sa pureté originelle.

Les Védas sont considérés être les plus anciens textes de l’humanité, ils furent compilés par écrit, dans la langue sanskrite, il y a plus de 5000 ans, par le grand sage Srila Vyasadeva (aussi connu sous le nom de Vedavyasa). Mais ils existaient depuis bien plus longtemps, transmis de façon orale de maître à disciple au sein d’une filiation spirituelle ancestrale. Toute la sagesse de l’Inde vient de la sagesse des Védas.

001Les védas

La base de la connaissance que nous révèlent les Védas est que nous sommes fondamentalement différents du corps dans lequel nous habitons. Ils expliquent que notre identité véritable est d’être une âme spirituelle (ou atma), mais que présentement nous vivons au sein de cet univers matériel, recouvert par un corps de matière.

Le corps n’est donc qu’une enveloppe, et toutes les âmes sont égales. Pour le sage véritable, il n’existe aucune différence entres tous les êtres, il voit chaque être vivant d’un œil entièrement égal, quelle que soit sa couleur, sa race, sa position sociale, sa richesse, sa religion, sa connaissance. Qu’il soit un homme, un animal, un arbre, ou une plante, ces choses ne sont que des enveloppes externes et temporaires qui seront détruites un jour dans un futur proche. Un sage voit tous les êtres avec le même regard, avec le même respect profond, avec le même amour.

La vie est sacrée, car notre véritable nature est entièrement spirituelle. La nature originelle de l’âme est d’être éternelle, emplie de connaissance et de félicité. De ce fait, l’âme ne meurt jamais, elle n’est pas détruite lorsque le corps est détruit. Elle est éternelle… En d’autres mots, nous sommes tous éternels…

Mais d’où venons-nous ?

Chaque être vivant porte dans son cœur trois désirs. Peu importe qui il est et dans quelle situation il se trouve : le désir de vivre toujours, le désir de comprendre qui nous sommes et quelle est la nature du monde qui nous entoure, et le désir de connaître un bonheur sans limites.

Nous aspirons tous à ces trois choses au fond de notre cœur… Car ceci est notre nature même, la nature même de l’âme spirituelle, être éternelle, emplie de connaissance et de félicité. Nous aspirons à vivre pleinement ce que nous sommes. Et à travers toutes nos actions, nous recherchons à vivre plus longtemps, nous recherchons à comprendre notre situation et notre environnement et nous recherchons le bonheur. Du plus grand roi à la plus petite fourmi. Cette dynamique est la dynamique même de la vie… Un poisson est fait pour vivre dans l’eau. L’âme est faite pour vivre dans l’éternité, la connaissance et la félicité (sat-cit-ananda en sanskrit).

Les Védas nous expliquent que la source même de l’existence éternelle, de la connaissance et de la félicité est Dieu et que toutes les âmes spirituelles sont des « minuscules particules » de Dieu. De la même manière que toutes les particules de lumière qui se trouvent dans les rayons du soleil ont la même nature que le soleil, les âmes spirituelles ont la même nature spirituelle que Dieu. Exactement la même. Elles sont entièrement identiques sur le plan qualitatif (soit sat-cit-ananda – éternité, conscience et félicité). Mais simultanément, elles demeurent différentes sur le plan quantitatif, en ce qu’elles sont toutes minuscules, alors que Lui est infini, qu’Il est la source de laquelle émanent toutes les âmes spirituelles dont le nombre est illimité. Comme l’explique le Vedanta sutra :

janmady yasya yathah

« L’Absolu est Celui dont tout émane. »

Alors pourquoi sommes-nous dans cette situation ?

Parce que la nature de la conscience, la nature même de l’énergie spirituelle est l’existence du libre arbitre. Conscience signifie doté de libre arbitre. Ayant la même nature que Dieu, tous les êtres vivants sont dotés d’un libre arbitre, de la libre possibilité de choisir un chemin ou un autre. Sans cette liberté, il ne pourrait y avoir d’existence pour la vie. Un être vivant veut dire un être doté de libre arbitre.

Ensuite une chose fondamentale à comprendre est que tout ce qui existe, existe pour une seule et unique raison : pour que l’amour puisse exister. Lorsque nous employons le mot « amour » ici, comprenons que ce n’est pas pour parler de l’amour commun de ce monde, dont nous entendons tant parler : l’amour fondé sur un désir égoïste de retirer du plaisir pour nous-mêmes. Non. Selon les Védas cela n’est pas l’amour, mais en réalité, l’opposé même de l’amour.

L’amour véritable est un amour infini, inconditionnel, libre de toute exploitation et animé uniquement du désir de donner, de servir et d’apporter du plaisir à l’être aimé. Cet amour est l’amour spirituel pur. Il ne peut exister qu’en relation à Dieu, car cet amour est Sa propre nature, Sa propre dynamique. L’amour inconditionnel que les Védas appellent « prema » est le sentiment qui habite le cœur de Dieu, le sentiment d’aimer tous les êtres sans aucune condition, sans aucun jugement… et de simplement désirer accroître leur félicité sans aucune considération pour Lui-même.

Et Il manifeste d’innombrables âmes afin d’échanger et de partager cet amour infini. A son contact, les âmes vivent, elles aussi, dans cette même dynamique qui engendre ainsi une harmonie absolue. Mais pour que l’amour puisse exister, il doit être spontané, libre, et n’être imposé par aucune autre cause ou circonstance extérieure. Cela veut dire que pour aimer, il faut avoir la liberté d’aimer ou de ne pas aimer…

Ainsi tous les êtres sont dotés du libre arbitre, de choisir de vivre dans l’amour ou dans la haine et l’exploitation. Faisant un mauvais emploi de ce libre arbitre, certaines âmes se placent au centre de la création et se considèrent comme étant le centre de cette création, en basant tout sur elles-mêmes, sur leur propre intérêt. Leur dynamique est le choix opposé : exploiter au maximum le monde qui les entoure pour leur propre intérêt.

krsna et gopa kumar

Pour ces âmes, Dieu manifeste le monde matériel au sein duquel elles peuvent toutes se considérer comme le centre de la création et vivre dans l’exploitation de l’environnement. Mais comme toutes veulent être le centre et qu’il n’y a, par définition, qu’un seul Centre, cela crée le conflit éternel d’intérêt égoïste au sein du monde de matière, que nous pouvons voir tous les jours autour de nous.

La nature de Dieu

Les Védas révèlent que Dieu possède deux aspects fondamentaux :

1- un aspect impersonnel, par lequel Il soutient toute chose, est omniprésent, contrôle chaque millimètre de la création…

2- un aspect personnel, doté d’une identité personnelle et d’une forme spirituelle qui est la manifestation suprême de l’éternité, de la connaissance et de la félicité.

Pour être l’Absolu, Il doit posséder ces deux aspects simultanément. Si nous Lui en enlevons un, il n’est plus Absolu dans ce sens qu’Il n’est plus infini. L’infini doit englober toute chose et tout doit exister en Lui. La plupart des religions (qui selon les Védas, sont toutes bonnes et sont établies par L’Être Suprême pour guider les âmes vers Son amour) décrivent davantage Son aspect impersonnel. Les Védas, eux, ont la particularité de décrire aussi très vastement Son aspect personnel.

Dans cet aspect, Il existe en tant qu’une Personne Divine, dotée d’une forme, c’est-à-dire d’un corps spirituel éternel, empli de connaissance et d’une félicité infinie. Son corps est fondamentalement différent des corps matériels qui recouvrent les âmes dans le monde matériel où nous vivons. Il est d’une beauté infinie dans tous ses détails et est ainsi infiniment fascinant. Pour cette raiso, les Védas L’appellent « Krishna » qui signifie, « Celui qui fascine tous les êtres par Sa beauté infinie et qui est la source même de la félicité ».

Evidemment, Dieu possède d’innombrables Noms, et chaque religion L’appelle par des Noms qui lui sont propres. Tous sont valables et bons. Aux yeux des Védas, il n’existe pas plusieurs religions, mais une seule, qui se manifeste en différentes formes selon le temps, le lieu et les circonstances.

Afin d’aider les âmes qui se sont détournées de Lui et souffrent dans ce monde matériel, Il envoie régulièrement différents messagers et prophètes ici-bas pour leur indiquer la voie de leur véritable nature, pour leur faire comprendre que de se placer au centre et de se détourner de Dieu est l’erreur qui est la cause même de la souffrance, car l’Absolu, le Seigneur Suprême, est la source même du bonheur sans limites que chaque être recherche, Il est Ananda, la félicité infinie personnifiée. Le message basique de tous les véritables saints est toujours le même, c’est-à-dire d’aimer Dieu. Par ignorance, en se détournant de Lui, l’être se détourne de ce qu’il recherche au plus profond de lui-même : le bonheur infini et éternel.

Parce que la nature de l’âme est de vivre dans l’amour infini de Dieu. Comme l’expliquent les Védas :

nitya siddha krsna prema sadhya kabu nai

sravanadi suddha citte karaye udaya

L’amour de Dieu repose endormi dans le cœur de chaque être vivant. Mais nous avons oublié cet amour. Donc, nous essayons de trouver cette expérience de plaisir d’innombrables manières dans ce monde, et parce que cela n’apporte pas une satisfaction réelle à notre besoin, nous expérimentons tant de frustration. Et à cause de cette frustration, les êtres humains peuvent agir de manières étranges et souvent même dangereuses à l’égard d’eux-mêmes, à l’égard des autres et à l’égard de la planète.

Le but de la vie est donc de rediriger cette tendance à aimer de l’âme pour la diriger vers Dieu. Et lorsque nous expérimentons l’amour illimité de Dieu et que nous ressentons l’amour illimité de l’âme pour Dieu, dans cette expérience sont inclus la compassion et l’amour pour tous les êtres vivants. Ceci est ce que tout le monde recherche. Ceci est l’essence de toute religion. Et ceci est le plus haut but de la vie.

Dieu n’est pas un Être sectaire, ou fanatique, qui souhaite exploiter les êtres vivants. Non, en aucun cas. Il est une Personne sublime, dotée d’une beauté infinie, d’une forme si merveilleuse qu’elle attire tous les êtres. Et Il est habité par un amour infini et inconditionnel pour tous les êtres, sans aucune exception, sans aucune considération, et s’exprimant par Son désir d’accroître leur félicité. Il ne désire rien pour Lui-même, car Il est déjà satisfait en Lui-même, puisqu’Il est infini, qu’Il est la source de toute chose et qu’Il est la personnification même du bonheur infini. La seule chose qu’Il souhaite est de pouvoir vivre avec tous les êtres une vie éternelle absorbée dans l’amour divin en Son royaume éternel situé au-delà des univers matériels, et où Il existe éternellement en Sa forme personnelle.

Habité par ce sentiment de compassion envers ceux qui se sont coupés de Lui, il envoie Ses serviteurs (des âmes libérées) dans ce monde matériel pour guider les autres êtres et descend aussi parfois personnellement dans l’une de Ses formes éternelles. Ces apparitions de Dieu dans ce monde sont appelées des avataras, des manifestations divines. Il apparut sur Terre il y a environ 5000 ans, dans Sa forme éternelle de Krishna et énonça à Arjuna la Bhagavad-gita, l’un des textes fondamentaux des Védas, qui révèle la science de la bhakti, la voie de l’amour de Dieu et de la dévotion.

Dans l’âge au sein duquel nous vivons actuellement, l’âge de Kali, l’âge de querelle et de l’hypocrisie, (qui est un des quatre âges du cycle de la Terre) Il apparut en tant que Sri Caitanya afin de transmettre le message de l’amour divin qui peut être atteint le plus facilement par le fait de chanter les Noms de Dieu. La vibration sonore se manifestant lorsque sont chantés les Noms de Dieu purifie le mental et la conscience et détruit toutes les choses étrangères qui recouvrent l’âme devenue égarée dans ce monde de matière. Alors le pur amour de Dieu et la compassion pour tous les êtres vivants qui demeurent endormis au fond du cœur de l’âme, se manifesteront dans leur pleine gloire.

La voie de la bhakti, de la dévotion, qui représente la voie suprême révélée par les Védas, est un mode de vie complet dont le but n’est rien d’autre que de vivre en compagnie de Dieu, dans Son aspect personnel, doté d’une forme spirituelle et sublime, c’est-à-dire de vivre une vie éternelle dans Ses divertissements spirituels emplis de la félicité de l’amour divin. Cette voie est douce et sublime, extrêmement joyeuse à pratiquer, et peut être pratiquée par tous, sans aucune considération de qualification ou de disqualification. Pour le succès de cette pratique, seules deux choses sont nécessaires : la sincérité et l’humilité qui sont les deux qualités les plus précieuses de la vie humaine.

La vraie religion (et ceci est vrai pour toute religion)

est d’aimer Dieu et d’être un instrument de cet amour,

en étant empli de compassion envers tous les êtres vivants.

Et cet amour est en nous. Il a simplement besoin d’être éveillé.

Malheureusement nous nous faisons distraire par tant de choses dans ce monde

et nous oublions l’immense trésor de l’amour qui est à l’intérieur de nous-mêmes.

Au lieu d’essayer de nous tourner vers l’extérieur

pour obtenir des « choses » en vue d’être satisfaits,

nous trouvons cette satisfaction

– l’amour pour Dieu, l’amour pour tous les êtres vivants –

à l’intérieur de nous-mêmes.

 

Puis, à travers tout ce que nous pouvons faire dans le monde,

nous exprimons cet amour,

à travers nos occupations,  à travers notre position dans la société,

à travers tout ce que nous faisons,

Et ceci est une vie merveilleuse…

 

*Yasoda Dulal Das est un membre de la Congrégation de l’ordre monastique vaisnava, un moine, appartenant donc à la filiation spirituelle de la Brahma-Madhva-Gaudiya sampradaya, qui est une des quatre filiations authentiques des Védas et dont l’histoire remonte au début des temps. Cette filiation, comme les trois autres, a pour rôle de véhiculer au cours des temps la connaissance originelle des Védas de manière inchangée à travers une succession de maîtres à disciples. Yasoda est né en France, dans la région parisienne, et a découvert cette merveilleuse filiation spirituelle à la suite de nombreux voyages à travers le monde et une vaste recherche sur la spiritualité, les différentes religions et les civilisations antiques que j’ai entrepris lorsque j’étais jeune, en parallèle avec mes études d’archéologie à la Sorbonne à Paris. Nous vous invitons à vous rendre sur son site internet : www.harmoniste.fr ou www.omvaisnava.com

Pour citer l’étude :

Yasoda Dulal Das, « La philosophie de l’amour absolu dans les Védas », in : www.cultures-et-croyances.com, Rubrique : Religions – Hindouïsme, Novembre 2013.

 

2 Responses to ETUDE – La philosophie de l’amour absolu dans les Védas

  1. Jean-Louis Maillot 19 février 2014 at 10 h 23 min

    Sri Aurobindo

    Répondre
  2. Samia Labidi 4 novembre 2013 at 15 h 02 min

    Lire le véda est un pur bonheur…partir de l’idée que le principe primordial a penser une tragédie humaine avant de se lancer à la recherche d’un « bénévole » pour la rédiger et donc la faire exister peut paraître un peu tordu. En effet, pourquoi n’a-t-il pas pensé à une comédie afin que les bénévoles affluent pour la jouer ?

    bref, c’est sans doute grâce à l’amour absolue qu’on peut traverser cette tragédie et atteindre une paix intérieure.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sites Partenaires

UNICEF France, Association Humanitaire pour la survie des enfants dans le monde
Archer 58 Research - Think-Thank en économie et sciences sociales
Le MENA Post
Ordre Monastique Vaisnava
Financial Afrik - Toute la finance africaine
Coexister - Mouvement Interreligieux des Jeunes
Site l'Economiste - Tous les décryptages sur l'économie
Conseil Représentatif des Sikhs de France
The Ahmadiyya Muslim Community International
Observatoire de la Laïcité - Institution rattachée au Premier Ministre
UNICEF France, Association Humanitaire pour la survie des enfants dans le monde
Archer 58 Research - Think-Thank en économie et sciences sociales

Abonnez-vous!

Recevez nos dernières nouvelles directement dans votre boîte de réception. Vous recevrez un email d'activation !