OPINION – « Notre liberté est incomplète sans la liberté du peuple palestinien », Madiba

Added by Sarah Haddi on 5 août 2014. · No Comments · Share this Post

Filed under ACTUALITES, CULTURE & PARTAGE, Débats - Opinions, Internationale

Abonnez-vous à notre lettre d’information

Documentaire à regarder...

Il était une fois les Royaumes d'Afrique - L'Ethiopie

*Opinion rédigée par Sarah Haddi

Le conflit israélo-palestinien, anime les foules, non pas depuis la création de l’État d’Israël en 1948, comme beaucoup le laisse entendre, mais depuis que cet État a laissé naître en son sein une injustice. Le gouvernement entreprend une colonisation sur les terres de Palestine. Une colonisation qui a engendré la construction d’un mur d’annexion en Cisjordanie, en 2002. Mur de la honte, qui rappelle le mur qui est tombé en 1989, qui séparait l’Allemagne de l’Est et l’Allemagne de l’Ouest. Ce mur de la honte, qui mesure plus de 8 mètres de haut, doté de miradors, barbelés, caméras de surveillance, checkpoints et profondes tranchées de part et d’autres, serpente sur plus de 600 kilomètres et s’enfonce profondément à l’intérieur de la Cisjordanie. Le prétexte trouvé à cette construction est la protection du peuple israélien contre les attaques palestiniennes. Ce mur n’étant pas établi sur la Ligne Verte (ligne de démarcation, depuis les accords d’Olso), empiète sur plus de 80% de sa longueur sur les terres palestiniennes, annexant les ressources en eau et la terre. Dans sa décision du 9 juillet 2004, la Cour Internationale de Justice, consultée par l’Assemblée Générale de l’ONU, a établi qu’il s’agit d’une violation de la loi internationale. En 2014, le mur de la honte est toujours en place. En l’espèce, la Cour n’a pas compétence pour sanctionner Israël. Elle a été saisie par les organes de l’ONU afin de donner son avis sur une question juridique et a de fait dépourvu de toute force exécutoire. Néanmoins, la Cour a considéré que la décision israélienne de construire un « mur de sécurité » dans les territoires occupés était contraire au droit international. Tiens, le droit international, qu’en est-il ? Il n’en est rien. La communauté internationale qui, jadis, très vive sur les questions de colonisation et de génocide, reste aujourd’hui silencieuse sur le conflit israélo-palestinien. Pourquoi ce déni d’indignation? Parce que nous sommes face à Israël ? Parce qu’un fanatique a décidé d’exterminer un peuple sur son origine ethnique, que cette folie a provoqué plus de 6 millions de morts ? C’est pour ces raisons, qu’il faut cautionner le massacre du peuple palestinien ? C’est pour cette raison, que le peuple palestinien, doit accepter une décision arbitraire prise sous mandat britannique ? C’est pour cette raison, que le peuple palestinien doit cautionner la coalition d’un gouvernement aux positions extrémistes?  Shlomo Sand, l’historien connu pour ses écrits qui visent les fondements judéo-centristes et ethnocentristes d’Israël disait : « Je ne peux pas sauver les 6 millions de juifs tués par les nazis, c’est fini. Mais je peux peut-être sauver les enfants palestiniens ». Ajoutons, qu’Israël, contrôle les décisions de vie de la bande de Gaza. Israël continue de maintenir un contrôle exclusif de l’espace aérien et des eaux territoriales de Gaza, comme il le fait depuis, l’occupation de la bande de Gaza, en 1967. Sans oublier le blocus qui dure depuis plus de 7 ans, que la Cour internationale de Justice a également condamné.

Henry Siegman, ancien directeur national à l’American Jewish Congress, affirme que :

L’assaut israélien, sur Gaza n’a pas été déclenché par les roquettes de Hamas dirigées sur Israël, mais par la détermination d’Israël d’abattre le gouvernement palestinien d’unité formé début juin, même alors que ce gouvernement s’était engagé à honorer toutes les conditions imposées par la communauté internationale pour la reconnaissance de sa légitimité ».

L’attaque de l’armée israélienne, envers la population palestinienne, se traduit par l’ambition d’Israël de posséder le gisement de gaz naturel, estimé à 30 milliards de mètres cube d’une valeur de milliards de dollars (600 mètres sous le niveau de la mer, à 30km des côtes).  Voici, l’une des raisons principales de l’expansion coloniale de Benjamin Netanyahou au détriment du peuple palestinien.


Toujours plus sur Cultures & Croyances…

ALERTE – Gaza : la consternante absence de réaction internationale


Mesdames, Messieurs, je vous supplie de comprendre et de cesser ces amalgames honteux, la situation au Proche Orient, n’est en aucun cas du à une « guerre de religions ». Nous sommes en présence d’un colonisateur et d’un colonisé. Nous sommes en présence d’un oppresseur et d’un opprimé. Nous sommes en présence, d’un état, qui s’est installé sur des terres, qui a privé un peuple de l’autodétermination. Privé un peuple de son économie, privé un peuple d’un bien commun de l’humanité : L’EAU. Sans que l’ONU, sans que La France, les Etats-Unis, l’Union Européenne … ne le condamne. Cette incapacité à agir est effrayante. Comment la communauté internationale, peut-elle rester insensible à cela ? Comment la communauté internationale, peut-elle éluder la question principale, qu’est la colonisation israélienne, sur des territoires palestiniens ? Comment la communauté internationale, peut-elle cautionner le génocide qui se déroule actuellement au Proche Orient ? Comment la communauté internationale, peut-elle accepter, que l’on tue des enfants, sans qu’elle ne soulève le petit doigt ? Aujourd’hui nous comptons plus de 1000 morts, 1000 innocents morts. Prendre position, est de notre devoir, d’être humain, se taire c’est cautionner l’injustice, cautionner la barbarie et le massacre de civils.

La position du Président de la République, que nous avons avec fierté porté au pouvoir, nous a laissé sans mots avec de terribles maux. Que dire, que faire, lorsque le pays des droits de l’homme, prend parti clairement pour l’intolérable ? Que faire, que dire, lorsque le pays de la Liberté, de l’Egalité et de la Fraternité reste inaudible, au niveau international ? Que faire et que dire quand celui-ci devient inaudible au niveau national ? Comment croire en cet homme, qu’avec fierté brandissait la rose socialiste, la rose de la justice et de l’égalité ? Comment croire en cet homme qui aujourd’hui n’est que l’ombre de lui-même face à cette terrible situation ? Comment espérer, qu’il retrouve une voix forte, lorsque celui-ci ne s’est toujours pas positionné sur ce conflit ? J’ai mal, de vous avoir accordé mon vote Monsieur le Président, j’ai mal de votre silence, j’ai mal de votre manque de courage, j’ai mal de votre hypocrisie ambiante sur le sujet. J’ai mal pour vous, Monsieur le Président et j’ai mal pour ma France.

J’ai mal pour ma France, qui interdit sans complexe des manifestations « pro-palestiniennes », au prétexte de troubles à l’ordre public, mais qui autorise les manifestations « pro-israélienne », où une ligue de défense des juifs clament haut et fort son islamophobie, qu’aucun haut responsable ne condamne ou ne trouve cela outrancier. Une possible dissolution est envisagée, j’insiste sur une possible dissolution. Notez que cette « organisation » est une sous branche, du  mouvement Kash, en Israël et  Jewish Defense League aux Etats-Unis, interdites et jugée raciste dans ces deux pays, crée par Meir Kahane.

Lasse d’entendre, ces reproches, lasse de se justifier, je suis fière de revendiquer mon attachement à la Palestine, je suis fière de revendiquer un appel à la justice. Pour certain, je suis une pro-palestienne, pour d’autres je suis antisioniste et pour d’autres je suis antisémite. Que de mots, que de maux. Rappelons-nous de l’histoire, pour ne pas qu’elle se répète. Robert Badinter dans sa tribune, ressent un retour 70ans en arrière, qui se traduit par une injustice dont le monde tait les souffrances.

Et nous souffrons d’un mal incurable qui s’appelle l’espoir. Espoir de libération et d’indépendance. »

Mahmoud Darwish

Aujourd’hui, nous déplorons, plus de 1700 civils morts du côté palestinien et 50 soldats morts du côté israélien.  Oui, il est inacceptable de compter le nombre de morts, un mort qu’il soit juif ou arable, blanc ou noir est un homme qui, s’envole vers d’autres cieux, sans l’avoir choisi. Néanmoins, aujourd’hui, le silence du monde nous force à se positionner, le silence du monde nous force à regarder le nombre de mort. Le silence du monde, cautionne l’injustice. Le peuple se soulèvera et vous rappellera  au moment venu votre lâcheté. N’oubliez pas, que la démocratie est le gouvernement du peuple par le peuple et pour le peuple.  La dernière intervention, du Premier Ministre Israélien, ne sera pas de tout repos pour le peuple palestinien, auprès duquel il est « désolée de toute atteinte de tout citoyen qui ne fait pas partie des terroristes ». Il s’excuse certainement pour les 300 enfants assassinés impunément, pour les biens matériels détruits, pour les familles brisées, pour les innocents tués. Rassurons-nous, la Palestine a encore de beaux jours devant elle avant d’être indépendant et libre, puisque Netanyahou assure qu’ils continueront « cette opération le temps qu’il faudra ».

Vous, Monsieur le Président, qui vous étiez engagés, à l’aube de votre élection « Je prendrai des initiatives pour favoriser, par de nou­velles négociations, la paix et la sécurité entre Israël et la Palestine. Je soutiendrai la reconnaissance internationale de l’État palestinien. » Que s’est-il passé ? Réclamez, la levée du blocus. Réclamez la destruction du mur. Réclamez  la fin de la colonisation. Réclamez la démilitarisation de la Palestine. Réclamez un soulèvement international. Réclamez un sursaut humanitaire. Réclamez la fin de ce génocide. Réclamez la liberté pour le peuple palestinien. Réclamez la création d’un état palestinien avec des frontières sûres et sécurisées. Je réclame, l’élévation de vos voix, mesdames messieurs les députés européens. Je réclame, l’élévation de votre voix, Monsieur le Président. Aujourd’hui plus qu’hier. J’en termine, en saluant le sursaut de Dominique De Villepin, merci pour cette tribune, merci pour ces mots justes et non dénués de sens. Merci, d’avoir été la voix du peuple.

*Sarah Haddi est étudiante en droit à la faculté de Lille. Elle est également très engagée dans le domaine des Droits de l’Homme. Elle est Secrétaire Générale de la Ligue des Droits de l’Homme de Roubaix. Enfin Sarah fait également parti du Mouvement des Jeunes Socialistes. Elle s’exprime fréquemment au sein des colonnes de Cultures & Croyances à titre personnel. Elle est également membre de l’équipe de Cultures & Croyances et est en charge de la Rubrique Opinions – Débats.

Pour citer l’opinion :

Sarah Haddi, « ‘Notre liberté est incomplète sans la liberté du peuple palestinien’, Madiba», in : www.cultures-et-croyances.com, Rubrique Opinions – Débats, août 2014

Crédit Image à la UNE : Student press.co.uk

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sites Partenaires

Ordre Monastique Vaisnava
Conseil Représentatif des Sikhs de France
UNICEF France, Association Humanitaire pour la survie des enfants dans le monde
Financial Afrik - Toute la finance africaine
Archer 58 Research - Think-Thank en économie et sciences sociales
Observatoire de la Laïcité - Institution rattachée au Premier Ministre
Coexister - Mouvement Interreligieux des Jeunes
Site l'Economiste - Tous les décryptages sur l'économie
The Ahmadiyya Muslim Community International
Le MENA Post
Ordre Monastique Vaisnava
Conseil Représentatif des Sikhs de France

Abonnez-vous!

Recevez nos dernières nouvelles directement dans votre boîte de réception. Vous recevrez un email d'activation !