OPINION – Vers une post-laïcité sereine?

Added by Lucie Bertrand Luthereau on 22 décembre 2014. · No Comments · Share this Post

Filed under CULTURE & PARTAGE, Débats - Opinions, France, LAÏCITE

Abonnez-vous à notre lettre d’information

Documentaire à regarder...

Il était une fois les Royaumes d'Afrique - L'Ethiopie

Rappel d’actu’ – Sur Le Figaro : La mairie de Béziers (Hérault) va finalement pouvoir conserver sa crèche. Le tribunal administratif (TA) de Montpellier a rejeté vendredi la demande d’un Biterrois et de la Ligue des droits de l’homme d’enlever cet emblème de Noël installé dans l’hôtel de ville par le maire, Robert Ménard. L’édile, proche du FN, avait décidé début décembre d’installer ses santons dans le hall de sa mairie, provoquant l’ire des élus communistes et des associations de défense de la laïcité.

*Par Lucie Bertrand-Luthereau, agrégée et Docteur à IEP Aix-en-Provence

Le choix d’une laïcité sociale s’inscrit dans un contexte qui en permet la compréhension. Tissé de mille fils dont certains ne sont pas même visibles ou conscients, il repose entre autres sur le cumul de désirs et de nécessités qui légitiment son émergence et l’engouement qu’il a pu susciter. Ces derniers ont été largement étudiés: maturité d’une tradition post révolutionnaire, réalité sociale composite, ère du consensus allant de pair avec l’évolution de la tradition mentionnée… mais aussi solutions pragmatiques aux nécessités d’une époque. La laïcité scolaire a permis de répondre aux besoins d’unification linguistique, pratique, et idéologique d’une guerre de revanche victorieuse.

Aucun principe n’est bon en soi. Ignorer cette réalité est excusable, mais dommageable. Un principe a plus de valeur dans ce qu’il induit que dans ce qu’il est. La laïcité n’est ni bonne, ni mauvaise. Si elle répond aux aspirations révélées ou secrètes, voire inaccessibles d’une collectivité, elle en devient le moteur. Elle ouvre la porte à un élan dynamique, porteur, constructif, innovant. Elle est chargée d’énergies fraîches et attire les autres concepts porteurs de cette même charge.

 


Aucun principe n’est bon en soi.

Ignorer cette réalité est excusable, mais dommageable.


 

Le cadre dans lequel évolue tout principe se modifie de manière quasi physiologique. Et comme tout organisme, il fait l’objet d’études qui, tout en en révélant les fonctionnements, s’émerveillent du mystère profond qui préside à ces derniers.

C’est dans les méandres de ces mystérieuses évolutions que les principes changent de polarités. bénéfiques et vertueux, ils peuvent ainsi se ternir sans qu’aucun mouvement n’ait été réellement opéré en leur sein, et peut-être même par les éléments responsables de cette permanence au sein de l’imperceptible mouvant. Mobilis in mobile. Le mouvant dans le mouvant ne sera jamais entièrement rationalisable.

Qu’est-ce qui fait que la laïcité change de polarité? Que ce qui la mettait à l’origine d’une dynamique sociale hier la pose au centre des débats les plus âpres aujourd’hui? Ce principe secret de double mobilité, impossible à appréhender dans son ensemble, et dont nous, chercheurs, ne pouvons que tirer certains fils pour les rendre visibles.

 


Qu’est-ce qui fait que la laïcité change de polarité? Que ce qui la mettait à l’origine d’une dynamique sociale hier la pose au centre des débats les plus âpres aujourd’hui?


 

« Faire consensus », ce n’est pas constituer un absolu; il ne faut pas confondre apports positifs et Bien incontestable. La part de contenance, corrélatif dialectique du consensus, peut passer du supportable à la menace d’implosion. Il me semble qu’il y a une part de cela dans les tensions actuelles. Croyances et religions peuvent être conservées dans la sphère privée au nom d’une cause ponctuellement bénéfique. Mais cela peut-il durer? Toute modération n’implique-t-elle pas, sur la durée, un risque de libération débridé? celui-ci est-il pour autant dangereux? n’est-il pas passager et nécessaire?

Je ne fais ici que tirer un fil à titre d’exemple, en aucun cas je ne donne une vision de la totalité. je voudrais donner une image du principe qui soulève les questions actuelles de la laïcité, donner par l’exemple d’un fil des pistes pour penser les autres.

Je pense que c’est ainsi qu’il est possible de construire une post-laïcité compréhensive et sereine, adaptée aux caractéristiques et aux nécessités d’un temps, qui, là encore, échapperont à toute tentative exhaustive, mais peuvent se sentir à travers des élans dynamiques et favorables qui en draineront forcément d’autres. Le tout étant, quelles qu’en soient les composantes, de relancer un cercle vertueux.

 *Lucie Bertrand-Luthereau est agrégée et docteur en littérature. Elle enseigne la Culture Générale à Sciences-Po Aix. Elle contribue régulièrement dans les colonnes de Cultures & Croyances.

Pour citer l’étude :

Lucie Bertrand-Luthereau, « Vers une post-laïcité sereine' », in : www.cultures-et-croyances.com, rubrique Débats – Opinions, décembre 2014.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sites Partenaires

Coexister - Mouvement Interreligieux des Jeunes
Conseil Représentatif des Sikhs de France
Financial Afrik - Toute la finance africaine
Ordre Monastique Vaisnava
Le MENA Post
Observatoire de la Laïcité - Institution rattachée au Premier Ministre
Site l'Economiste - Tous les décryptages sur l'économie
Archer 58 Research - Think-Thank en économie et sciences sociales
UNICEF France, Association Humanitaire pour la survie des enfants dans le monde
The Ahmadiyya Muslim Community International
Coexister - Mouvement Interreligieux des Jeunes
Conseil Représentatif des Sikhs de France

Abonnez-vous!

Recevez nos dernières nouvelles directement dans votre boîte de réception. Vous recevrez un email d'activation !