Tolérance et bienveillance au cœur des institutions chinoises

La Chine préfère prendre les devants avec les religions. Alors que le fait religieux prend de plus en plus d’ampleur dans ce pays dont le parti communiste se revendique officiellement Athée, le Gouvernement ne souhaite pas attendre que des comportements dissidents voient le jour ; il a d’ores et déjà coopté certains membres dont les croyances sont bienveillantes et modérées.

Un pays favorisant le pluralisme religieux

Peu d’institutions ou peu de personnes connaissent réellement le fait religieux chinois. Né d’une lutte entre d’une part les partis politiques et d’autre part les différents clergés religieux, le pluralisme religieux a rarement favorisé une religion par rapport à une autre.

En Chine, il y a près de 5% de chrétiens et 2% de musulmans ; reste que la majorité de la population est soit sans religion ou irréligieuse (elle ne s’enferme pas dans des principes religieux). D’autres religions telles que le taoïsme ou le bouddhisme sont également largement représentées en Chine, bien que le taoïsme peut également être catalogué parmi la philosophie.

La croissance de la religiosité en Chine

La réaction du parti communiste n’est pas anodine. L’accroissement du fait religieux est omniprésent et reconnu par Wang Zuoan, Chef de l’Administration d’Etat concernant les Affaires Religieuses, qui estime que les religions ont un rôle proéminent à jouer dans la paix et l’harmonie sociale. Le Gouvernement chinois reconnaît que si la majorité des chinois ne sont pas croyants, les sentiments des personnes suivants une religion ne doivent pas être négligés.

Aussi le parti communiste a-t-il à cœur de  favoriser les doctrines religieuses conformes aux valeurs sociales chinoise appelant à la tolérance, la bienveillance et à la paix. Reste que le fait religieux ne devrait pas être instrumentalisé à des fins politiques pour garder son dynamisme originel. Espérons que cette tentative de conciliation n’aboutira à un échec et qu’une société chinoise tolérante et bienveillante verra le jour.

L’Equipe de Cultures & Croyances.

Source : Reuters.

One Response to Tolérance et bienveillance au cœur des institutions chinoises

  1. Emilie 26 décembre 2013 at 15 h 24 min

    La Chine arrive à mélanger un capitalisme expansionniste et une forme de communisme, donc pourquoi pas communisme et pluralisme religieux.
    Mais aux dernières nouvelles, la Chine semblait produire des mesures restrictives à l’égard des bouddhistes tibétains.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sites Partenaires

Le MENA Post
UNICEF France, Association Humanitaire pour la survie des enfants dans le monde
Coexister - Mouvement Interreligieux des Jeunes
Observatoire de la Laïcité - Institution rattachée au Premier Ministre
Ordre Monastique Vaisnava
Archer 58 Research - Think-Thank en économie et sciences sociales
The Ahmadiyya Muslim Community International
Site l'Economiste - Tous les décryptages sur l'économie
Conseil Représentatif des Sikhs de France
Financial Afrik - Toute la finance africaine
Le MENA Post
UNICEF France, Association Humanitaire pour la survie des enfants dans le monde

Abonnez-vous!

Recevez nos dernières nouvelles directement dans votre boîte de réception. Vous recevrez un email d'activation !